Mukai Shuzō

Kyoto, Kansai, Japon

Lorsqu’on parle de Mukai Shuzo on ne peut pas éviter le sujet du plafond de verre. En effet, cette brasserie a été la première à nominer une femme en tant que tōji (maître-brasseur) en 1998. Kuniko Mukai, fille du kuramoto (président) Yoshihisa Mukai, a hérité de ce prestigieux titre et des lourdes responsabilités qui en découlent lorsqu’elle n’avait que 22 ans. S’arrêter à ce seul fait d’armes ne rendrait cependant pas justice au travail de Kuniko-san. Dans la petite ville de Ine, au nord de la préfecture de Kyoto, elle crée certains des sakés les plus insolites et intéressants du Japon. La cuvée la plus distinctive de par sa couleur est probablement Ine Mankai. Signifiant « Ine en pleine floraison », elle est élaborée avec du riz iwai, local à la préfecture de Kyoto, et du riz rouge murasaki, qui vous l’aurez compris, donne cette ravissante teinte au saké. En fait ce riz est noir à l’extérieur et mauve à l’intérieur, cette combinaison donnant une couleur, rougeâtre, cuivrée. Cette cuvée est le fruit d’une collaboration entre Kuniko-san et son professeur à l’Université de Tokyo, Takeda-sensei, qui l'encouragea à brasser du saké avec le riz rouge de Ine. Mis à part sa robe, ce saké est quelque peu déroutant. Les faibles degrés de polissage (83 % pour le riz de brassage, 73 % pour le riz du kōji, 91 % pour le murasaki) permettent une pleine expression du riz. Le saké est sucré, avec un Sake meter value ((SMV) / Nihonshudo - mesure de densité servant à mesurer la sucrosité du saké) de -5, et une acidité bien sentie de 2.3 (la moyenne des sakés se trouve autour de 1.4). Les notes de cerises, de vanille, avec cette structure sucrée acidulée en font un saké unique, quoique ravissant. La brasserie fondée en 1754 utilise encore deux petites installations situées l’une en face de l’autre. Le manque d’espace crée des moments un peu surréels pendant la période brassage, car on doit traverser la route avec du riz bien fumant à chaque lot de cuisson. La cuisson du riz et le brassage s’effectuant dans 2 bâtiments séparés.

*******

When we talk about Mukai Shuzō we can’t really go around the subject of the glass ceiling. This brewery was the first to nominate a woman as tōji (master brewer) in 1998. Kuniko Mukai, daughter of the kuramoto (president) Yoshihisa Mukai, inherited this prestigious title and the heavy responsibilities it entailed when she was only 22 years old. But Kuniko-san’s work goes way beyond this accomplishment. In the small town of Ine, on the northern side of Kyoto Prefecture, she creates some of the most unusual and interesting sakes in Japan. Ine Mankai is probably her most distinctive cuvée, notably because of its colour. Meaning “Ine in bloom” it is made with local Iwai rice and red Murasaki rice, which imparts this glorious tint to the sake. This rice has in fact a black exterior, with a purple interior. This color combination giving a reddish, coppery hue. Ine Mankai is a collaboration between Kuniko-san and her Tokyo University Professor, Takeda-sensei, who encouraged her to produce a sake with the red rice of Ine. Notwithstanding its colour, the sake can be a bit puzzling. The low polishing (83 % for brewing, 73 % for the kōji, 91 % for the Murasaki) allows for a full expression of the rice. The sake is sweet (Sake meter value (SMV) / Nihonshudo of -5) and sour (acidity of 2.3, average of sakes being around 1.4). Notes of smoke, cherries, vanilla make for a unique but very pleasant experience. Founded in 1754, the brewery uses two small buildings separated only by a road. The lack of space creates an odd ballet during brewing season, as the brewing and rice cooking facilities are located in two different buildings. The workers have to cross the street with piping hot rice every time a new batch is cooked.

Produits offerts

"Ine Mankai"

nm Saké Épuisé