Loading

Rocco di Carpeneto

Carpeneto
Piémont, Italie
Rocco di Carpeneto

On pourrait généralement séparer les producteurs de notre portfolio en deux catégories. La première, composée de vignerons/​nnes établis depuis plusieurs générations, forts d’un savoir-faire acquis au fil du temps. La seconde, réservée aux domaines ayant récemment démarré leurs opérations, menées par des gens passionnés et débordants d’idées. Lidia Carbonetti et Paolo Baretta font partie de la deuxième catégorie. Même si la famille de Lidia possède des vignes en Toscane, ce n’est qu’en 2009, après avoir vécu et travaillé 20 ans à Milan, que le couple a fondé Rocco de Carpeneto. C’est sur les collines de Alto Monferrato, dans le village de Carpeneto dans le Piémont, que Lidia et Paolo ont décidé de poser leurs pénates. Ils désiraient s’établir dans une région « sous-représentée » dans l’univers vinicole. Rocco de Carpeneto se spécialise dans les cépages piémontais, à savoir : Dolcetto, Barbera, Cortese, Nebbiolo, Albarossa et Freisa. Les vignes couvrent 12 hectares sur les 14,5 hectares de l’exploitation agricole. Les ceps sont âgés entre 35 et 65 ans. Les sols d’argile et de limon sont situés à 270 mètres d’altitude moyenne. L’agriculture est certifiée biologique par ICEA depuis 2012. Fier membre de VinNatur, les vinifications sont très peu interventionnistes. Levures indigènes, aucun contrôle de température, malo spontanée, aucune filtration ou collage, aucun ajout de soufre sur plusieurs cuvées et de très faibles doses sur le reste. Ici on aime bien expérimenter aussi avec plusieurs types de cuves de fermentation et d’élevage. Vieilles barriques, amphore, inox, béton…Tout ça pour une petite production annuelle de 25 000 — 35 000 bouteilles. 

Largement influencés par Masanobu Fukuoka, célèbre agriculteur japonais, militant pour l’approche du laisser-aller, les deux vignerons désirent permettre à la nature de s’exprimer le plus librement possible. Des arbres fruitiers sont plantés à travers l’exploitation pour favoriser la biodiversité. Des plants de fèves recouvrent les rangs de vignes afin d’éviter d’avoir à désherber, et de maximiser l’évolution du système racinaire. 

C’est dans les vignobles entourant la commune de Ovada qu’on a vu apparaître le dolcetto. Chez Rocco de Carpeneto on désire valoriser ce cépage, qu’on considère souvent moins « noble » que le nebbiolo. Sous l’appellation Ovada DOCG, les raisins de vignes plantées entre 1996 et 2000 sont macérés pour une quinzaine de jours et fermentés par levures indigènes en cuve inox. On fait ensuite vieillir en vieilles barriques pour plus d’un an. Le résultat pourrait confondre ceux qui croient qu’on ne fait que de « petits vins » avec du dolcetto. Structuré et avec de la mâche, les arômes de fruits noirs se marieront à merveille avec des champignons sauvages sautés. 

On a tendance à l’oublier, mais le Piémont produit aussi d’excellents blancs. La cuvée Ròo est un blanc de cortese, mais qui ne fait partie de l’appellation Gavi. Un peu rustique, mais doté d’un fruité tropical, il est issu de vignes plantées entre 1970 et 1982. Fermenté en baril d’acacia, avec 3 jours de macération pelliculaire et âgé également en acacia pour quelques mois. En dialecte local, Ròo signifie le halo de la lune. 

Avec l’ouverture en 2013 de leur agriturismo, Rocco de Carpeneto mérite absolument une visite. Pas seulement pour goûter des vins nature réussis, mais aussi pour comprendre ce qui se fait dans le Piémont hors des appellations iconiques.